La slow information de nouveau à l’honneur !

« Exclusif », « Exclusivité »… combien de fois avez-vous pu lire ces termes dans vos canards préférés ? Souvent, c’est certain puisqu’il semblerait que ces mots soient les plus utilisés des journalistes ou des animateurs de communauté online ! Et ce, sans justification aucune… En effet, dernièrement, Le Figaro titrait un « Exclusif » pour une information datant de plusieurs mois déjà ! Dans cette course au scoop, à la nouveauté et au « buzz », à l’heure où internet permet de diffuser des informations à la chaîne, certains illustres de la langue française semblent avoir perdu le fil… déméritant ainsi l’intérêt de leurs lecteurs.

Le retour du slow média

Face à cette désinformation incessante, depuis quelques mois (et même si certains existent déjà depuis plusieurs années), les médias se revendiquant comme étant des « médias lents » se multiplient à vitesse grand V ! On y traite les sujets en profondeur tout en ramenant le journaliste aux valeurs essentielles de son métier : un travail de longue haleine fondé sur une véritable enquête. Sur le web, on pourra, par exemple, citer Le Quatre Heures, un média ne proposant qu’un reportage multimédia par semaine (les mercredis à 16h). Niveau print, la course est aussi lancée… Les « mooks », des publications à mi-chemin entre le magazine et le book, envahissent les librairies. Le tout dernier né : Au fait, ne propose qu’un sujet par mois, parfaitement traité sur plus de 40 pages.

horloge

Et si l’on parlait de slow communication ?

Si l’écriture d’un bon article nécessite une plume juste et une investigation profonde, une bonne communication nécessite un travail de conception-rédaction intense. Pour la rédaction web, le contenu d’un outil de communication, une lettre ou encore pour l’écriture d’un simple post sur une page communautaire… comme nous venons de le souligner, le choix d’un mot n’est jamais anodin et ce n’est pas une « exclusivité » ! Qu’il soit associé à un autre, ponctué ou utilisé au cœur d’une expression… sa sonorité et sa signification peut en être changée ; pour convaincre et retenir l’attention de votre lecteur, il est nécessaire de les utiliser à bon escient et surtout… de prendre votre temps !

 

Découvrez l’ensemble des articles du blog

Posted in Blog.


5 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Jimmy says

    Complément “pour” ce genre de pratique. De cette manière, on a un vrai sujet à lire, pas un article bâclé de 30 lignes à lire sur 10 pages comme certains gros sites aiment faire (en mode diaporama)…

  2. Monica Médias says

    A l’heure où Twitter et la kyrielle de chaines info en continu peut transformer chaque internaute en relayeur de scoop compulsif, la course à l’instantanéité peut paraître absurde voire dommageable quand l’info n’est pas vérifiée.

    Paradoxalement cela redonne tout son éclat au journalisme d’analyse en opposition à l’info purement factuelle. Par contre pas d’accord pour associer le joli concept de “slow média” à un éloge de la lenteur. Même et surtout dans le journalisme d’investigation par exemple il faut courir vite et longtemps, comme dans une course de fond, pour aller direct au coeur de sujets plus complexes que les faits divers des JT, vers une vérité qui est toujours toute relative ou subjective.

    Il y a simplement différentes écoles de journalisme, et maintenant que l’info fast-food est partout, on ne peut qu’espérer qu’elle ait “indigestionné” le plus grand nombre…

  3. Romain says

    Hello,

    Je rajouterai juste le fait que prendre son temps permet aussi d’éviter de dire tout et n’importe quoi… Dans ce sens, le journal Web ou pas perd une crédibilité énorme…

  4. référencement says

    Être slow, ça aide et c’est bien utile pour bien effectuer ses actions. Agir dans la précipitation peut induire aux erreurs.

  5. Pierre says

    Merci Céline de rappeler les vertus de la lenteur ! 🙂

    Il est important de prendre son temps pour faire le choses correctement, encore plus dans ce monde ultra-pressé. Nous sommes oppressé par tout ce qui nous entoure.

    Bien souvent les marques ont besoin tout d’abord de contenu froid afin de construire leur images. Le contenu chaud arrive avec les moyens financier qui vont avec. Inutile de mettre la charrue avec les bœufs.

    Bonne continuation,
    Pierre